à la une

2 œuvres de Daniel Dezeuze offertes à la ville de Gruissan

Mercredi 8 avril, Didier Codorniou, maire de Gruissan, accompagné d’André Bedos, adjoint au maire délégué à la Culture et de nombreux élus, accueillaient en Mairie Catherine Hommais, généreuse donatrice de 2 dessins de Daniel Dezeuze.

Il y a deux ans, lors d’une rencontre avec Didier Codorniou, Catherine Hommais a fait part de sa volonté de faire don de 2 dessins de Daniel Dezeuze, intitulés « Dessin pour Gramma » et « Rocher Chinois ».
Ces 2 œuvres alors exposées au Musée d’Art Moderne de Sérignan, ont rejoint notre commune et sont exposées dans le hall de la Mairie.

Dans sa démarche, Catherine Hommais, qui est tombée sous le charme de Gruissan, souhaite partager avec le public son amour pour la Culture et l’Art en particulier. C’est le sens de ce don, établir un pont culturel avec le plus grand nombre. Sa collection, elle l’a conçue avec son mari M Hommais, polytechnicien brillant issu d’une famille modeste et que l’amour de l’art a porté aux quatre coins du Monde. C’est au Mexique qu’il s’est lié d’amitié avec Daniel Dezeuze dans les années soixante.

L’artiste, Daniel Dezeuze, est né en 1942 à Alès

Une jeunesse montpelliéraine avec des études d’espagnol. Elève libre à l’Ecole des Beaux-Arts de Montpellier. Son père, artiste peintre, lui donne les bases de son art. A 20 ans, il assure la direction d’une Alliance Française en Espagne dans les Asturies en 1962-63.
Bourse du Mexique à l’Université de Mexico (Département d’Architecture et d’Urbanisme) en 1964-65. Retour en France et départ pour l’Amérique du Nord où il découvre la peinture américaine dans sa réalité même et non pas au travers de reproductions. Service militaire dans la Coopération à Toronto (Canada).
Retour en France et installation à Paris en 1967 La même année, sa fameuse œuvre intitulée « Châssis avec feuille de plastique tendue » permet de mieux comprendre ses recherches formelles et intellectuelles de remise en cause du support traditionnel de la peinture, le tableau et ses composants matériels.

Membre fondateur du groupe Supports-Surfaces de 1970 à 1972 Travaillant par la suite dans les années 1970 sur des extensibles et des échelles de bois souple. Les armes de poing et de jet à la fin des années 1980 ne cachent pas un projet guerrier mais une représentation possible du concept d’énergie Plus récemment dans les années 1990, Daniel Dezeuze va se diriger vers la construction d’ Objets de cueillette et réceptacles, confectionnés avec des bois, métaux, plastiques, cordages, objets usagés, divers et qui donnent une idée de la notion de braconnage

Enfin depuis la fin des années 1990, l’artiste reprend la problématique liée à la série des "Extensibles réalisées à la fin des années 1960 et les réactualise dans le cadre de présentations qui ne font pas l’économie d’un accrochage en apparence traditionnel.

Puis en 2000 s’amorce la nouvelle série des Nefs et Pavillons. Diverses commandes publiques comme la sculpture en bronze intitulée Confidence et installée au Jardin des Tuileries à Paris en 2000 lui confèrent une grande reconnaissance dans les milieux artistiques.

Vos services pratiques
Cartographie interactive

Newsletter

Le kiosque

  • Le Mag', le magazine du Grand Narbonne
  • Lo Grussanot
  • Biberons et Couches
  • La Gruissanette
Gruissan en images