à la une

Compte-rendu n° 5 concertation - EcoQuartier de la Sagne

Atelier Espaces Publics

Jeudi 28 septembre 2017

L’espace public et la place de l’art

Les ateliers de concertation sur le futur EcoQuartier de la Sagne ont effectué leur rentrée. Comme promis, les thèmes retenus pour nourrir le projet font l’objet d’une seconde session de réflexion. Le 28 septembre, l’espace public était au centre des discussions à la Maison de la Citoyenneté. Une trentaine de personnes ont pu ainsi écouter les deux intervenants invités : l’artiste Patrick Chappert-Gaujal et l’artiste designer Kamel Secraoui. La Sagne entend en effet placer l’art de rue au cœur de son quartier.

Kamel Secraoui, qui a réalisé l’habillage des postes de secours aux chalets, a rappelé sa méthode de travail : partir de la demande et prendre en compte les contraintes, en harmonie avec l’existant. Il intervient notamment sur du mobilier urbain pour le sublimer dans le futur quartier, il verrait bien des créations pour décorer les poubelles enterrées, des bancs avec des dédicaces d’amour, du mobilier original, une œuvre au sol représentant les différents éléments de Gruissan.

De son côté, Patrick Chappert-Gaujal, très attentif à notre environnement, y puise sa matière première. L’univers maritime, il connaît bien, lui qui est installé à Leucate. Une œuvre monumentale, un travail avec les cailloux de la Sagne, font partie des pistes à explorer. Pour amener l’art dans l’espace public, créer un musée à ciel ouvert, susciter la curiosité et le dialogue. « L’art tire vers le haut, permet à la ville de rayonner » observe-t-il.

L’art amène de la convivialité et propose une marque de fabrique originale. Une plus-value indéniable, et pour les futurs habitants, et pour la commune dans son ensemble, qui aura un point attractif supplémentaire.

Pour le financement des œuvres, plusieurs solutions ont été abordées : financement public, mécénat, financement participatif, subventions.

Le débat a ensuite opposé deux visions : celle consistant à conserver l’espace naturel de la Sagne tel quel, ou l’aménager pour transformer un lieu « estimé abandonné ». Une question sur « le nombre de personnes dans la salle qui attendent un logement à la Sagne a été posée. Une habitante a demandé si ses jardins seraient conservés : réponse positive, sachant que sa parcelle est entourée de terrains communaux.

De l’avis de toutes et tous, l’art a sa place dans la rue, dans le plus pur respect de l’âme gruissanaise et dans le droit fil des initiatives déjà existantes.

Vos services pratiques
Cartographie interactive

Newsletter

Le kiosque

  • Le Mag', le magazine du Grand Narbonne
  • Lo Grussanot
  • Biberons et Couches
  • La Gruissanette
Gruissan en images