à la une

Contre la chenille processionnaire

Il s’agit la chenille du papillon thaumetopoea pythiocampa .

Biologie

Le cycle biologique est annuel sous nos climats. Il comprend 5 stades de transformation :

- Envol des papillons : il se fait le soir, le papillon étant nocturne. L’accouplement suit, puis les mâles meurent peu après.

- Ponte : quelques jours après, chaque femelle pond environ 300 œufs regroupés dans des manchons autour des rameaux. Elle meure peu après.

- Eclosion : 5 semaines après la ponte, naissent les chenilles. Elles vont subir 5 mues, qui les font grandir de quelques millimètres à 5 centimètres. Ce stade se fait dans des nids lâches en été, puis à partir de la 4ème mue, dans des nids d’hiver très compacts.

- Nid d’hiver : il est construit dès les 1ers froids de novembre pour protéger les chenilles qui en sortent pour se nourrir quand il fait chaud. Il se trouve toujours dans les endroits ensoleillés des arbres, à la cime ou à l’extrémité des branches.

- Sortie des nids et procession : une femelle conduit la procession le long du tronc pour arriver au sol. Quelques jours après, chaque chenille s’enfouit dans un trou dans le sol.

Chaque chenille construit un cocon individuel dans son trou au sol. Elle s’y transforme en chrysalide. Ce stade peut durer quelques semaines à quelques mois selon le climat.
La chrysalide devient papillon, qui s’envole...

cycle des chenilles processionnaires
CYCLE DE VIE DE LA PROCESSIONNAIRE

La lutte

La ville de GRUISSAN, par ses agents du service des espaces verts, répertorie tous ces arbres attaqués afin de planifier ses interventions.

La participation de ses citoyens qui signalent des nids optimise l’action communale.
L’éradication des chenilles ne peut être faite définitivement. Elle doit être reprise tous les ans.

nid de chenille dans un pin

Plusieurs procédés existent pour lutter contre la processionnaire du pin :

- Destruction manuelle des nids en hiver : couper les rameaux porteurs à l’aide de sécateurs ou échenilloirs sous les nids, puis incinérer (attention : les nids sont difficiles à brûler à cœur). Bien se protéger soi- même lors de cette opération.

- Piégeage des adultes : lors des envols des papillons. Des pièges à phéromones disposés sur les arbres ayant eu des nids capturent les mâles grâce à des hormones qui provoquent des confusions sexuelles.

24 pièges ont été placés dans le bois de l’étang, sur le Pech Maynaud et aux Ayguades par la brigade bleue et verte.

pièges disposés sur la commune de Gruissan
modèle utilisé à Gruissan

- Piégeage des chenilles : lors de la descente des processions. Des manchons plastiques avec des gouttières sont placés sur les arbres attaqués avant la descente des processions. Les chenilles sont canalisées vers ce dispositif et échouent dans des poches plastiques remplies de terre dans lequel elles commencent leur nymphose.

- Pose de nichoirs à mésanges : elles mangent les chenilles jusqu’au stade 2, en période de nidification une mésange consomme jusqu’à 90 chenilles par jour.

En 2012, 20 nichoirs ont été installés avec la participation du Conseil des Enfants et la Ligue de Protection des Oiseaux

Il faut éviter l’emploi de pesticides qui donnent de faibles résultats sur la destruction des chenilles, mais qui ont un fort impact négatif sur l’environnement.

Les dégâts

C’est la chenille seule qui provoque les dégâts. Le papillon, qui ne vit que quelques jours, est quant à lui parfaitement inoffensif et passe inaperçu.

- Défoliation sur les pins : se nourrissant des aiguilles des pins, les chenilles en privent les arbres qui s’affaiblissent ensuite. Même si elles ne sont pas directement responsables de leur mort, répétées, ces défoliations font que l’arbre ne peut plus se défendre des attaques de parasites et maladies qui entraînent sa mort.

- Santé humaine : les chenilles libèrent d’énormes quantités de poils urticants dans l’atmosphère dès le stade larvaire 3. Ils entraînent de graves urticaires, œdèmes et troubles oculaires.
Ne jamais toucher les cocons (même vides) sans précautions, ainsi que les chenilles lors des processions.

- Santé animale : de graves nécroses de la langue pouvant provoquer la mort des animaux (surtout chiens, et parfois chevaux et chats) sont constatées en fin d’hiver- printemps, surtout lors des processions. Il faut éviter que les animaux ne touchent les chenilles, les avalent ou même lèchent leurs pelages pleins de poils urticants.
Il est primordial de consulter très rapidement médecin ou vétérinaire en cas de troubles importants.

Vos services pratiques
Cartographie interactive

Newsletter

Le kiosque

  • Le Mag', le magazine du Grand Narbonne
  • Lo Grussanot
  • Biberons et Couches
  • La Gruissanette
Gruissan en images