à la une  > Culture, patrimoine, sport et associations  > Culture

Hommage à Poulet de Gruissan

Poulet nous a quittés à l’aube du 5 juillet 2012, et nous voilà désorientés, orphelins…

Après nous avoir guidés sur le chemin de l’Art total, solidaire et fraternel, il s’est discrètement retiré à la veille d’un grand jour symbolique : Cette exposition est la 100ème de la 10ème année de la création de « Poulet de Gruissan, Nuances, Formes, Langage », et elle se déroule dans un lieu magnifiquement rénové.
Son départ ressemble au dernier sacrifice d’un père qui a tout donné à ses enfants, son talent, son amour, sans en espérer la moindre reconnaissance ou gratitude…

Comment évoquer sa mémoire en évitant de sombrer dans la légende ? Car Robert Garcia dit Poulet de Gruissan avait tant de facettes, qu’il est difficile de les croire incarnées dans un seul être.

Qui pouvait percer son mystère, et le poids de son destin ?
Poulet est indissociable du renouveau culturel qui irradie sur Gruissan et rayonne dans toute la Narbonnaise et au-delà ; car notre aventurier a tissé des liens solides avec l’Etranger et notamment l’Afrique, restée si chère à son cœur.
La renommée de la galerie attire aujourd’hui des artistes de toute l’Europe mais aussi d’Afrique et des Amériques.

Solitaire, isolé dans son génie propre, Poulet savait cependant s’ouvrir à l’autre avec générosité et ses coups de cœur étaient légendaires.
Vivant de peu, et simplement, il lui arrivait d’offrir sur ses rares deniers, le droit d’accrochage, le couvert et même le gîte à quelque artiste désargenté.
Fraternel, humaniste, il voulait rendre l’Art accessible au plus grand nombre, et s’émerveillait notamment de la visite des classes enfantines.
Original, rebelle, épris d’absolu, il ne renonçait ni à son idéal ni à sa souriante philosophie.

Il était d’une exigence sans concession dans le choix des œuvres et dans leur mise en valeur aux cimaises. Avec effort, talent, abnégation et discrétion, il oeuvrait à la renommée de la galerie.
Au fil du temps et des expositions, la rigueur de son enseignement est devenue la nôtre, dans une recherche de qualité.
Travailleur infatigable et désintéressé, il consacrait bénévolement ses journées à la galerie.
Après avoir longtemps peint et sculpté, c’est à l’écriture d’hommages aux artistes qu’il dédiait jusqu’à ses nuits. Et ses magnifiques textes de présentation, lus à chaque vernissage, naissaient de sa connexion à la source inépuisable d’une fabuleuse poésie.

Ses textes sont rassemblés dans trois volumes de « Portraits d’artistes » pour notre plus grand plaisir esthétique et visuel. Poulet, enchanteur de mots, maître en écriture de mots rares, y révèle le talent, la sensibilité, l’univers secret des artistes dans une écriture visionnaire et subtile.
Poulet était un merveilleux conteur qui avait le goût de la fête et le culte de l’amitié.

Sa propre musique intérieure émanait parfois de son être le plus intime, et se faisait entendre dans des écrits plus personnels. Dans « Cheminement singulier en Pays Krou », une poésie sensuelle, originale et colorée laisse émerger le souvenir de ses amours. Avec une infinie tendresse, il nous parle des femmes et des hommes de Côte d’Ivoire où il comptait encore beaucoup d’amis.
A ce jour il reste à diffuser le plus émouvant et le plus personnel de ses écrits : « Gruissan un archipel ». Cette œuvre révèle que Poulet avait su préserver intacte sa part d’enfance, qui transparaissait dans son regard souvent étonné et toujours prêt à s’émerveiller.

« Métèque singulier », « nomade démuni et solitaire », « puisant à la palette des mots qu’ont les poètes » Poulet nous livre là son testament spirituel. Il nous entraîne dans un pèlerinage nostalgique, évoque ses rêveries enfantines, les êtres disparus qu’il a tant aimés, sa propre destinée et la fuite du temps.
La nature, la Clape et Gruissan y sont transcendés par un amour infini.
C’est une œuvre magnifique et poignante, un dernier cadeau que Poulet dédie à sa famille et à ses proches amis.

Maintenant Poulet a rejoint son Ange qu’il évoquait souvent ; à nous d’assumer la suite de ce visionnaire, et d’être dignes de l’écrasant héritage qu’il nous confie.

Pourrons-nous guérir de l’absence de Poulet ?
Nous ne reverrons plus dans les rues de Gruissan sa silhouette au bonnet rouge, et il nous manque déjà terriblement…
A toute sa famille et à ses proches dans le chagrin, nous, les amis de Poulet, voulons dire notre compassion, tout l’amour que nous leur portons, et combien nous partageons leur peine.

Pour le bureau de l’association "Poulet de Gruissan"
Claire Courdil

Vos services pratiques
Cartographie interactive

Newsletter

Le kiosque

  • Le Mag', le magazine du Grand Narbonne
  • Lo Grussanot
  • Biberons et Couches
  • La Gruissanette
Gruissan en images